kinésiologue Vaucluse 84 et 13 -séances et stages de kinésiologie

Pascale Pénellon - kinésiologue Avignon - Vaucluse
conceptrice et formatrice de stages K.I.E.S.
(Kinésiologie Intention Et Sens)

actualités kinésiologie - pratiques et témoignages"Se connaitre et se libérer de ce qui nous entrave"

Membre de la Fédération Française de Kinésiologie (FFK).
 Voir le compte-rendu de la Journée Régionale FFK Sud-Est 

Le BRAIN GYM optimise la capacité naturelle du tandem corps/mental par des exercices ludiques et efficaces, dans une recherche d’harmonisation de l’ensemble des facultés dont l’être humain dispose comme autant de talents disponibles en lui et l’aide à les mettre en avant.

Qu’est-ce que l’intégration corps/mental ?
« Quand l’information est optimale, des messages clairs montent de toutes les parties du corps au cerveau et repartent en boucle vers le corps. Les données sensorielles sont traitées sur un mode intégré dans le cerveau et l’action intentionnelle ne pose pas de problème. Les blocages qui nous barrent la route de la réussite sont dus à des interférences dans la communication corps/mental. La technique de kinésiologie dont le Brain gym fait partie, aide à lever les blocages mentaux, physiques et émotionnels qui viendraient saboter nos efforts, ou tout du moins révéler clairement les zones de faiblesse qui nécessite une attention particulière. » - Sharon Promislow

Brain gym à faire également dans d’autres occasions…

  • Afin d’optimiser ses apprentissages sous différentes formes, lecture, écriture, mathématiques ….
  • Facultés accrues de concentration
  • Sérénité et centrage pour les contrôles, les passages d’examens, l’attention…
  • Performances sportives
  • Amélioration de la mémoire, mieux fonctionner au quotidien…

brain gym kinesiologie cheval

BRAIN GYM ET CONCOURS HIPPIQUES

Nous sommes partis à 4 heures du matin des Ecuries Pégase de Cabannes en Provence pour Lamotte-Beuvron, le parc équestre fédéral connu pour ses concours hippiques avec ses championnats de France et nous arrivons après un voyage de 10 heures en camion et … un pneu éclaté sur l’autoroute. 

Lundi : pour les cavalières et les chevaux, une grosse fatigue est bien présente, pas de climatisation dans le camion et tout le monde est arrivé à Lamotte harassé par une chaleur torride, comme celle que nous pouvons connaître dans le sud de la France et pourtant, Lamotte est à deux cents kilomètres au sud de Paris.

Le démarrage des épreuves de CSO, (Concours Sauts d’Obstacles) c’est pour demain, ce temps de repos va-t-il suffire pour permettre aux équipes d’être en forme ?
Les chevaux sont parqués dans des boxes (petit espace fermé individuel) n’ont pas l’habitude d’être séparés car ils jouissent d’un paddock commun à l’écurie, sont énervés, déboussolés. Animaux grégaires, ils n’aiment pas être seuls. Ils reçoivent chacun une séance de kinésiologie équine* pour les calmer avec, comme objectif formulé en positif en tant que but à atteindre : « je me sens en sécurité » et nous retrouvons des mémoires d’enfermement qui sont réactivées sur place par leurs habitats en boxe.
Puis nous préparons les cavalières pour qu’elles restent centrées et sereines malgré le stress ambiant. Elles se sont entrainées durement toute l’année pour être là et tout se jouera en quelques minutes. Faire une barre qui les déqualifierait ? Une chute ? Tout est possible.

Mardi : nous y sommes.La première chose à faire le premier jour du concours est d’aller faire la reconnaissance, c’est à dire appréhender le parcours à pied pour éviter les erreurs de sauts demain et estimer les difficultés et le connaître parfaitement. Leur coach sportif est là pour analyser la difficulté, encadrer et…s’il y a besoin, pour rassurer.
Le soleil est bientôt à son zénith, pour passer l’épreuve programmée à 14 heures, les cavalières choisissent de doucher l’intérieur de leur bombe neuve (casque) car cela parait être la seule solution pour garder les idées au frais. Nous sommes au camping et dormons sous la tente dans une poussière de sable omniprésente, mais elles restent, malgré des conditions contraires, élégantes dans leurs nouveaux habits : pantalon blanc immaculé et veste noire de circonstance, cheveux attachées par une résille. Les chevaux, énervés par la chaleur accablante à l’intérieur des boxes, sont douchés avant de partir à la détente, qui prépare cavaliers et chevaux. Nous sommes sur le départ pour cette première journée de concours et demain le scénario se répétera.

Boire de l’eau est la priorité. Parce que le stress fait consommer plus d’eau et qu’actuellement la chaleur fait le reste, si elles n’étaient pas en permanence bien hydratées, elles risqueraient le malaise avant même de fournir l’effort nécessaire pour sauter des obstacles. Nous amenons des petites bouteilles d’eau, faciles à distribuer ainsi qu’une serviette mouillée pour les chevaux pour la suite de l’aventure.
Le corps humain est composé de 70 % d’eau en moyenne et notre cerveau ne fonctionne correctement que s’il est parfaitement hydraté. Nous avons préparé les cavalières, avant de partir vers la carrière d’entrainement, avec quelques exercices de BRAIN GYM pour la concentration :

  • COOK, un rééquilibrage énergétique rapide et efficace,
  • puis la FONTAINE D’ENERGIE, pour le centrage et optimiser l’énergie.
  • puis la CHOUETTE qui dénoue les muscles du cou et des épaules, « haut lieu » de crispations quand la tension est forte
  • et enfin les POINTS DE LA CLARTE, points qui permettent aux informations de bien circuler d’un cerveau à l’autre : droit/gauche.

Les centaines de cavaliers, de vélos et de piétons dans les allées qui mènent à la carrière d’entrainement dite de« détente !? », se croisent dans un désordre total. Cela demande de la vigilance et les nerfs de nos cavalières ainsi que ceux des chevaux sont déjà sollicités. Ceux que l’on croise à cheval vont s’échauffer dans leur carrière respective, galoper et sauter quelques « barres ». Il s’agit de préparer les muscles des chevaux et les bons réflexes du duo, humain et animal,en galopant et sautant des auxerres, pour harmoniser l’ensemble, pour faire corps à deux, retrouver les réflexes appris en commun, affiner la complicité en affrontant ensemble la difficulté du saut et… pour faire également le vide dans les têtes surchauffées par trop de pensées; l’action nécessitant ici déjà une présence accrue car ils sont nombreux dans la carrière d’entrainement et il s’agit déjà d’éviter l’accident.
Beaucoup de cavalières sont en larmes, en se préparant à passer devant le jury, anticipant les performances nécessaires avec trop de pression, submergées par trop d’émotions.

Après l’échauffement, nos cavalières sont concentrées et confiantes, elles semblent nous encourager d’un sourire, difficile de dire qui de nous, est la plus émue. Les numéros de passage sont distribués par les hauts parleurs. Elles se mettent au bord de la carrière attendant leur tour. Leur nom respectif, celui de l’écurie et leur région de France sont égrainés au micro. Le temps se suspend un instant et la cloche retentit. Le cheval démarre par un galop généreux, il est motivé. L’émotion est électrique, nous sommes là pour encourager, supporters à la fois des chevaux et des cavalières sur ce parcours tant attendu et imaginé de nombreuses fois avec enthousiasme et appréhension. Nous y sommes, les chevaux chacun à leur tour sont maintenant bien plus présents, leur arrivée à Lamotte les avaient dispersés par trop de sollicitations visuelles, auditives et olfactives, par trop d’émotions.
Ils semblent comprendre l’enjeu et se donnent avec générosité. Ils rectifient là où la cavalière n’aborde pas correctement l’approche de l’obstacle. Les chevaux prennent sur eux, accomplissent le saut même si celui-ci demande un effort supplémentaire, une vraie générosité offerte à leur cavalière. L’émotion est intense, mélange d’envie de voir finir ce parcours pour être totalement soulagées, mais aussi touchées par la beauté de l’instant et totalement absorbées par ce moment particulier où peur et plaisir se mélangent.
Pas de médaille ni de podium pour nos championnes, même si les performances sont au rendez-vous car la concurrence est rude, mais de vrais moments de joie avec une belle maitrise sur toutes les difficultés rencontrées. C’est aussi l’occasion de sortir de « l’esprit compétition » et d’aborder l’instant présent comme un vrai cadeau dans ces moments intenses et riches de dépassement de soi où cavalières et chevaux font corps et fusionnent. Elles sortent de cette aventure, grandies par une véritable reconnaissance envers le cheval. Une complicité et un sentiment de gratitude les unit un peu plus encore.

 * Kinésiologie équine : la kinésiologie au service des chevaux, voir stage proposé sur mon site.

Bibliographie :

"Brain Gym : le mouvement : clé de l’apprentissage" - Paul et Gail Dennison - aux éditions Le souffle d’or, collection Kinésiologie
"Les fantastiques capacités de votre cerveau" - Monique de Verdilhac - aux éditions Jacques Grancher
"Corps/mental : le bon tandem" - Charon Promislow - aux éditions Le souffle d’or, collection Kinésiologie